Historique

PARC NAUTIQUE ST-JEAN PORT-JOLI

DATE

éVéNEMENT

avri-83

L’histoire récente de la vie maritime de St-Jean-Port-Joli commence en avril 1983 alors que Pèches et Océans ou Travaux publics Canada barricade tota­lement le quai. La population réagira de manière spectaculaire en construisant un escalier qui enjambe la barricade.

déce-83

La détermination est assez forte pour obliger Pèches et Océans à promettre 100 000$ pour la réfection partielle du quai

sept-84

Réfection très partielle du quai

mars-89

Cinq ans plus tard, en mars 1989, dans le cadre des grands messes démocra­tique que furent les sommets économiques, Marina des Trois Saumons pré­pare un projet de ma­rina au quai de SAINT- JEAN-PORT-JOLI en tenant compte des as­pects nau­tiques, tou­ristiques et de création d’emploi.

mars-89

Au même moment, et dans la même cadre, La Commission touristique du Port-Joli Inc, dont la réalisation principale était le fameux restaurant  » La Roche à Veillon », prépare un projet de parc paysager de 12 000m2 compre­nant sen­tiers piétonniers et bancs aux abords du quai, afin d’assurer un accès de choix au fleuve pour les gens de la région et pour les touristes de passage

06-mars-89

La ville soutient le projet de Marina et promet 15 000 $ si le projet est réalisé

26-mars-89

Marina des Trois Saumons et Commission Touristique du Port-Joli s’associent pour présenter un projet de Parc nautique. Le projet reçoit immédiatement le sou­tien de plusieurs organismes du milieu: Caisse Pop, Musée maritime, Fondation Chanoine Fleury. Le parc nautique reçoit aussi le soutien du Fonds de Développement de SAINT-JEAN-PORT-JOLI, de la Commission industrielle et touristique

avril-89

A St-Pamphile: colloque de zone de la MRC de L’Islet en vue du sommet éco­nomique. Parc Nautique est le premier projet de SAINT-JEAN-PORT-JOLI et de­vien­dra 5ème sur 33 dans le comté de L’Islet

mai-89

Le projet de parc nautique devient le premier projet toutes catégories (industrie, santé, éducation, etc.) de la municipalité de SAINT-JEAN-PORT-JOLI.

05-juin-89

La Commission Touristique du Port-Joli Inc s’engage à cautionner pour un mon­tant de 100 000$ le projet d’un parc nautique et d’un accès au fleuve à SAINT-JEAN-PORT-JOLI.

juin-89

Forum économique de Thetford Mines: Parc Nautique est parmi les 6 projets de la MRC de L’Islet à se pré­senter au sommet économique, en plus des deux pro­jets passeports déjà priorisés.L’engagement pris par La Commission Touristique du Port-Joli Inc de fournir 100 000$ pour la réalisation du projet n’est pas étrangère à ce succès

juin-89

L’office de la planification et de développement du Québec (OPDQ) prévient Pier Lepage, du projet de parc nautique, que ce projet ne peut être modifié d’ici le sommet socio-écono­mique.

18-sept-89

Marina des Trois Saumons promet de transférer tous ses actifs à la future marina au quai de SAINT- JEAN-PORT-JOLI.

22-sept-89

PARC NAUTIQUE ST-JEAN PORT-JOLI devient, tel qu’écrit, une corporation à but non lucratif. . La municipalité obtient aussi un représentant au conseil d’administration.

01-nove-89

La Caisse populaire de SAINT-JEAN-PORT-JOLI vote une somme de 2 000$ pour le démarrage du projet

25 novembre 89

Première assemblée générale à l’Auberge du Faubourg.

07-déce-89

La Corporation Municipale de SAINT-JEAN-PORT-JOLI nomme Gaston Chouinard représentant de la municipalité au conseil d’administration de Parc Nautique…

20-janv-90

Sommet de la conférence socio-économique de Chaudière Appalaches: enga­gement du provincial: 40 000 pour étude d’impact environnemental.

31-octo-90

Bilan des dons reçus depuis le début de P.N. 20 237 de la Fondation Fleury, 2 000 de la Caisse Pop de SAINT-JEAN-PORT-JOLI, 3500 MRC L’ISLET, 22 500 Commission Tourist. du Port-Joli Inc., 1 000 Marina des Trois Saumons, 5 000 Fonds de dév. Pop St-Jean

21-nove-90

Demande de subvention à Pêches et O. (Roland Lévesque) pour étude d’impact.

08-déce-90

Engagement de la Commission Touristique de 22 000$ pour étude impact.

9 décembre 1990

Assemblée générale à l’Auberge du Faubourg.

10-déce-90

Engagement de la firme BPR pour étude récréo-touristique (4 700$) et environ­nementale (86 300$)

25-janv-91

Industrie, Sciences et Technologie Canada, Développement régional, Programme d’aide aux zones défavorisées (PAZD) offre une contribution pour l’étude environnementale.

04-févr-91

Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, confirme que Parc Nautique … recevra une subvention de 40 000$ pour la réalisation de l’étude d’impact écolo­gique, grâce à un transfert de fonds de l’Office de planification et de développe­ment du Québec

mars-91

Travaux Publics Canada propose le quai à la Municipalité de SAINT-JEAN-PORT-JOLI

mai-91

Avis de projet présenté au Ministère de l’Environnement du Québec

juil-91

Directives préliminaires de l’étude d’impact données par le Min. Environnement du Québec.

18-nove-91

Dépôt par BPR de l’étude d’impact environnemental

8 décembre 1991

Assemblée générale à l’Auberge du Faubourg

mars-92

Directives finales de l’étude d’impact (Min. Environnement du Québec)

06-avril-92

Entre-temps, il a fallu traiter le problème du quai, qui consti­tue un dossier séparé de celui de PN. La municipalité accepte de devenir pro­priétaire du quai s’il est remis en état et engage des négociations toujours in­fructueuses avec Roland Lévesque.

22-mai-92

le Gouvernement provincial s’engage le pre­mier dans le projet de construction en promettant, à la biennale des sommets écono­miques tenue à St-Jean-Port-Joli, une subvention de 450 000$ pour la partie terrestre de la construction de PN à condition que le fédéral en fasse autant pour la partie mari­time

déce-92

Rencontre avec Roland Lévesque sur le transfert du quai et Rencontre avec Pierre Blais sur le projet de Parc Nautique.

19 décembre 92

Assemblée générale annuelle

17-déce-92

Estimation du projet par la firme BPR: voir document

23-avril-93

Rapport d’analyse de recevabilité du Min. de L’environnement du Québec. Le rapport demande 14 éléments d’étude complémentaires

08-juin-93

Une rencontre longue, difficile et pleine de rebondissements à Québec per­met de ré­duire les demandes à une seule étude complémentaire sur la toxicité des vases.

20-juil-93

Pêches et Océans avertit la municipalité de la possibilité de fermer le quai

22-juil-93

Ces analyses supplémentaires coûteront 13 800$. Le C.A. perdra beaucoup de temps à trouver une subvention fédérale qui couvrirait les frais vu que PN s’était engagé à ne pas utiliser l’argent des parts sociales avant que le permis environnemental ne soit attri­bué.

15-août-93

Manifestation sur le quai de SAINT-JEAN-PORT-JOLI. 1200 personnes, 365 si­gnent une pétition et 56 personnes prennent une carte de membre sympathisant de Parc Nautique

19-août-93

Quatre jours plus tard, Pêches et Océans, avec la grandeur d’âme qu’on lui connaît, fait exécuter la recommandation de Travaux Publics Canada concernant le quai de St-Jean-Port-Joli et place des blocs de béton pour empêcher l’accès du quai à tous les vé­hicules. Il fait aussi publier un avis à la navigation permanent pour y défendre l’accès aux bateaux. .

29-sept-93

Le Bureau Fédéral de développement régional, refuse de finan­cer l’étude sup­plémentaire d’environnement

07-déce-93

Finalement, une subvention supplémentaire de 5 000$ de La Commission Touristique du Port-Joli Inc. jointe aux dons de la Fondation Fleury et aux inté­rêts sur les parts so­ciales permet de démarrer l’étude environnementale sup­plémentaire

18 décembre 1993

Assemblée générale annuelle

8-janv-94

Rencontre avec le nouveau député fédéral François Langlois, et son attaché po­litique, Paul Beaudouin, au bureau de comté de Montmagny.

15-janv-94

Rencontre avec Guy Lavigne promoteur de la marina de St-Michel de Bellechasse. Révision des coûts par Serge Caron

24 -janv-94

L’étude des bio essais demandés dans le cadre des études environnementales supplémentaires est termi­née. Préparation des dernières consultations pour compléter les réponses aux questions posées par le Min. de l’Environnement

7 -février- 94

La municipalité de St-Jean-Port-Joli vote une résolution pour demander une ren­contre avec Roland Lévesque de Pêches et Océans afin de réactiver le dossier de la rétrocession du quai à la municipalité

9 -février- 94

Le Min. de l’Environnement donne son accord verbal au rejet des vases dans le fleuve. Il faut cependant avoir l’aval du service de la faune.

Serge Caron a produit une étude qui révise l’aménagement et les phases d’aménagement de la marina et qui, par des procédures de travail mieux adaptées aux ressources régionales, révise tous les coûts des travaux.

Le C.A. présente l’étude de M. Serge Caron avec plans, devis, échéancier et mode de financement, à la Municipalité de St-Jean-Port-Joli et à La Commission Touristique du Port-Joli Inc.. Les coûts révisés se montent à
1 600 000$

14 -février- 94

La Municipalité régionale de Comté de L’Islet vote une résolu­tion d’appui aux démarches entreprises par la municipalité de St-Jean-Port-Joli pour réaliser le projet de parc nautique

8 -mars- 94

Réception de l’Étude sur l’impact économique de l’industrie du nautisme prépa­rée par l’Association québécoise de l’industrie du nautisme Inc.

8 – mars 94

Nous recevons par l’intermédiaire des Consultants BPR , l’étude de l’AQUIN (Association Québécoise de l’industrie nautique) sur l’impact économique de l’industrie nautique. Le secrétaire a fait parvenir une copie de cette étude au maire de St-Jean-Port-Joli et à Monsieur Denis Charrois, président de la Commission tou­ristique du Port-joli.

9 -mars- 94

Réunion du C.A. Adoption d’une résolution complexe transmise par le CRCD Chaudière-Appalaches ( CONSEIL RéGIONAL DE CONCERTATION ET DE Dé­VELOPPEMENT) et amendée par nous permettant de transférer au CRCD Chaudière-Appalaches le montant de 450 000$ en­gagé par le Secrétariat aux af­faires régionales jusqu’au 22 mai 1995.

11 -mars- 94

Lettre à l’Association des sauvaginiers de la grande région de Québec pour compléter l’étude environnementale.

Envoi de l’étude de l’impact de l’industrie du nautisme à M. Jean-Pierre Dubé, maire de St-Jean-Port-Joli et à M. Denis Charrois de La Commission touristique du Port-Joli Inc.

16 -mars- 94

Le Ministère de l’environnement et de la Faune fait parvenir à Michel Dubé le texte sur l’évaluation du déversement en eau libre.

23 -mars- 94

Lettre à M. Benoît Luc Simard du Conseil des monuments et sites pour compléter l’étude environnementale.

29 -mars-94

Réponse de La Commission touristique du Port-Joli inc à la de­mande de subven­tion de 100 000 $,

2 -avril- 94

Lettre à la Municipalité de St-Jean-Port-Joli afin qu’elle hausse sa participation à 100 000 $

5-avr-94

La Municipalité de St-Jean-Port-Joli vote une résolu­tion augmentant sa contribu­tion à 100 000$.

8-avril-94

Rencontre à Québec entre M. Roland Lévesque et Serge Caron. M. Serge Caron transmet et explique à M. Roland Lévesque la nouvelle manière d’aborder le projet de construction du parc et de la marina.

mi-avril

Deuxième rencontre avec le député Fr. Langlois et son attaché politique à St-Jean-Port-Joli.

14-avril-94

Lettre du Ministère de l’environnement nous informant des changements de fonctionnaires s’occupant de notre dossier.

15 – avril- 94

Lettre à M. Roland Lévesque pour confirmer les démarches en­treprises la se­maine précédente par M. Serge Caron

25 -avril- 94

Lettre et documents du Havre de Berthier sur mer concernant les modalités de fi­nancement de leur projet d’agrandissement du port de plaisance.

2 -mai- 94

Envoi à Martin Lapointe des Consultants BPR des ré­ponses aux questions sup­plémentaires posées par la réponse du Ministère de l’Environnement à notre étude originale. Cette réponse comporte: une expli­cation sur les contraintes im­posées par les marées sur la navigation à Montmagny et Trois Saumons, un rap­pel des opinions de la population sur le projet, les avis sur le projet obtenus des agents du Ministère du Loisir, Chasse et Pêches à Montmagny, des clubs d’ornithologie de La Pocatière et de St-Jean-Port-Joli, de Association des sau­vaginiers de la grande région de Québec, De M. Mario Bouffard, pêcheur à l’esturgeon et du Conseil des Monuments et sites. Elle rappelle aussi les don­nées des études sur l’impact touristique.

Lettre de Martine Lafond du Ministère de l’environnement concernant les études sur les habitats fauniques dans le secteur de St-Jean-Port-Joli afin d’étudier les conséquences du « relargage » (sic) des vases.

Début mai 94

Parution dans les journaux locaux d’une annonce demandant aux cultivateurs ayant de la roche à déménager de contacter Parc Nautique. Serge Caron reçoit 32 appels.

6 – mai – 94

Participation à une réunion à Québec de l’Association des plai­sanciers de l’estuaire du St-Laurent.

Télécopie à Martin Lapointe pour justifier le nombre de places à quai proposé

27-28-29 mai 94

Participation à l’exposition régionale sur le tourisme. Afin de promouvoir le projet, les membres actuels de Marina des Trois Saumons ont fait tirer deux coupons pour un tour de bateau sur le fleuve.

30 -mai-94

La municipalité de St-Jean-Port-Joli vote une résolu­tion demandant à Pêches et Océans de céder le quai à la municipalité avec les sommes d’argent corres­pon­dant à sa démolition.

fin mai

Michel Dubé et Serge Caron visitent les cultivateurs qui ont ré­pondu à notre ap­pel et évaluent sur place la quantité de roches utilisable pour notre projet, les modes de coopération avec les cultivateurs et les possibilités techniques de transport.

7 juin

Rencontre à Ottawa entre Me François Langlois, député, M. Bertrand Poitras, membre de Parc Nautique St-Jean Port-Joli, M. Jean-Pierre Dubé, maire de St-Jean-Port-Joli, Johanne Collin et Paul Beaudouin, attaché politique et secrétaire du dé­puté, et Mr Gérard Byrne attaché politique spécial du Ministre Tobin.

20 -juin- 94

Le Ministère de l’environnement nous informe qu’il accuse ré­ception des 30 exemplaires de l’étude complémentaire d’impacts sur l’environnement qui com­porte les réponses à l’analyse de recevabilité.

12 -juillet- 94

Réponse du Ministre Brian Tobin suite aux démarches faites au début du mois de juin

13 -juillet-94

La fondation Chanoine Fleury demande de connaître l’état d’avancement du dossier avant de verser sa contribution. Michel Dubé répond en détaillant les nombreuses démarches faites par la corporation depuis un an.

29 -août- 94

Demande de financement à la municipalité de St-Jean-Port-Joli du transport de la roche vendue par Arsenault Claude Inc.

Michel Dubé contacte la municipalité pour qu’elle demande à Pêches et Océans de pouvoir utiliser le stationnement du quai pour entreposer de la roche.

26 sep­tembre 94

Le CRCD nous demande de présenter à nouveau notre projet afin de donner suite au transfert financier décidé en mars.

Il faut savoir que les 450 000 du provincial n’étaient pas disponibles pour l’éternité, mais seulement jusqu’au 22 mai 1995. Il faut savoir aussi que cet argent est désormais gérés par le CRCD qui, pour prolonger le financement, nous demande de présenter à nouveau notre projet. Et qui continue à conditionner les paiement de la somme promise à des règles tatillonnes, bureaucratiques et contraignantes comme les photocopies recto verso des chèques de PN qui ont été encaissés des années auparavant. Daniel St-Pierre a été (et est) une per­sonne ressource très pré­cieuse et très ap­préciée dans nos relations avec le CRCD

2 octobre – 94

Serge Caron fait parvenir à Georges Pouliot de Travaux publics Canada des pho­tos et une lettre rela­tive à certaines trouvailles concernant les roches de carapace.

18 octobre – 94

Pêches et Océans Canada sous la signature de Roland Lévesque donne la per­mission pour deux ans d’entreposer de la roche dans le stationnement du quai. C’est le premier acte concret de Pêches et Océans Canada depuis 7 ans et l’avis de Joanne Collin, secrétaire du député François Langlois, semble avoir été dé­terminant

8 novembre 94

Nous recevons une lettre de soutien de l’Association des Constructeurs ama­teurs et plaisanciers de la Barque Inc.

10 novembre 94

Réunion du C.A. L’essentiel de la réunion consiste en une rencontre avec Monsieur Michel Pelletier du CRCD. qui nous remet, notamment, un document don­nant le mot à mot de l’engagement du Ministre Picotte envers Parc Nautique St-Jean Port-Joli.

18 novembre 94

Pêches et Océans Canada nous fait parvenir, sous la signature de Jean-Claude Dubé, Gestions des Actifs, Région de Québec, la position de son ministère dans le dossier du Parc Nautique. Cette lettre contient en annexe l’avis de Fr. Bélanger, et l’avis d’Environnement Canada sur l’étude environnemen­tale réali­sée par BPR.

20 novembre 94

L’étude environnementale est rendue publique par le ministre de l’environnement. Nous entamons les pro­cédure de publication dans les jour­naux. Le public aura accès aux études de BPR jusqu’au 5 janvier. Le projet de Portneuf est publié dans les journaux le même jour que nous.

26 et 27 déc. 94

Publication de l’avis public dans les journaux.

10 décembre 94

Le secrétaire envoie la réponse de Parc Nautique St-Jean Port-Joli à Jean-Claude Dubé (voir 18 novembre ci devant)

11 décembre 94

Assemblée générale annuelle.

Nous avons consacré beaucoup de temps à chercher le financement fédéral. Nous ne relaterons pas toutes les démarches faites auprès des instances politiques et institution­nelles de tout poil, de tout bord et de tout acabit. Elles ont tourné en rond très longtemps.

Mais la municipalité s’est de plus en plus impliquée dans le projet et est de­ve­nue une al­lié très appréciable.

Le C.A. a aussi fait beaucoup de démarches pour diminuer les coûts de construction en s’informant des techniques utilisées à St Michel et en es­sayant de les adapter à PN no­tamment en allant chercher de la roche chez les cultiva­teurs.

14 décembre 94

La Commission Touristique du Port-Joli nous fait parvenir un chèque de
20 000 $ pour le transport de roches

20 décembre 94

Réponse de Pêches et Océans à notre réponse du 10 décembre

27 décembre 94

Conformément à une résolution de l’assemblée générale, les états financiers et une lettre de circonstance sont envoyés à la Commission Touristique du Port-Joli, à la Caisse Populaire de St-Jean- Port-Joli, à la Fondation Chanoine Fleury et à la MRC de L’Islet.

16 janvier 1995

Parc Nautique St-Jean Port-Joli publie un dossier, sous la plume de Raymond Anctil, concernant les systèmes alternatifs pour éviter le draguage.

Parc Nautique reçoit un chèque de 10 000$ de la Municipalité de St-Jean-Port-Joli

26 janvier 1995

Brise-lames nouvelle vague inc. nous propose ses services.

Rencontre avec le Député Langlois, Johanne Collin et Jean-Pierre Dubé. Un do­cument relatant les diverses démarches depuis janvier 1994 nous est remis.

fin janvier 1995

Publication d’estimation des coûts révisés par Serge Caron.

3 février 1995

Réponse de Pierre F. Boivert de Pêches et Océans concernant la demande et les plans acheminés par Serge Caron le 6 décembre. Le fédéral ne peut donner suite à notre requête.

14 février 1994

Lettre de Michel Dubé à M. Léonce Naud qui avait déposé une plainte sur l’aspect « accès au grand public »

20 février 1995

Depuis le 20 novembre 1994, nous perdrons trois mois parce qu’un certain M. Léonce Naud, fonction­naire du gouvernement du Québec, spécialiste de la baignade partout dans le fleuve a porté plainte contre notre projet. Il finira par la retirer le 20 février (« je retire donc ma demande d’audience via le Bape ») ce qui nous évite les au­diences du Bape.

15 mars 1995

Daniel St-Pierre publie une mise à jour du projet afin de poursuivre nos dé­marches de financement auprès du Gouvernement fédéral et assurer le suivi du dossier à la MRC de L’Islet.

21 mars 1955

Rencontre avec monsieur Camille Samson, adjoints spécial de l’honorable André Ouellet

3 avril 1995

La Fondation Chanoine Fleury nous annonce qu’elle versera 5 000 $ en deux versements.

25 avril 1995

Monsieur François Langlois, député de Bellechasse écrit à l’honorable Brian Tobin.

2 mai 1995

Michel Dubé, Pierre Coenen, Gaston Chouinard et Daniel St-Pierre rencontrent au Parlement Monsieur Jean-Guy Paré, député du Parti Québécois, le président du CRCD, Monsieur Lacasse, le directeur général du CRCD, Michel Pelletier, les adjoints de monsieur Paré.
De cette réunion il ressort que la date limite du 22 mai pour profiter des 450 000$ du provincial peut être prolongée par décision du CRCD qui décidera aussi de leur utilisation terrestre ou maritime.

3 mai 1995

Michel Dubé écrit à Michel Pelletier, directeur général de la C.R.C.D. Chaudière-Appalaches pour lui demander d’extensionner l’échéance du 22 mai et de modi­fier la clause d’implication du gouvernement fédéral

Rencontre à Lévis entre Daniel St-Pierre, Michel Dubé et Jean-Guy Paré, Réal Gauvin, François Langlois pour décider d’une demande à faire au fédéral et d’arriver à décider le fédéral de s’impliquer.

11 mai 1995

À sa réunion du Conseil d’administration adoption d’un logo proposé par Jean-Louis Bérubé.

25 mai 1995

À la réunion du CRCD Chaudière-Appalache, est votée une résolution reportant jusqu’au 22 février 1996 l’engagement financier de 450 000$ pris en charge à même son Fonds d’interventions régionales.

31 mai 1995

Décret du Gouvernement du Québec concernant la délivrance d’un certificat d’autorisation pour la construction d’un parc nautique.

17 et 18 mai 95

Grâce à l’initiative de Paul-Émile Salvaille et Pierre Bérubé, deux journées de fes­tivités ont lieu au quai au profit de Parc Nautique. Une belle réussite tant sur le plan culturel que financier.

1 août 1995

Serge Caron propose un aménagement réduit afin de diminuer les coûts. Le conseil d’administration l’acceptera à sa réunion du 3 septembre.

8 septembre 95

La firme BPR est choisie pour faire les plans et devis. Vu les modifications pro­fondes apportées au projet, un nouvel avis de projet devra être présenté au MEF et donc un nouveau décret sera nécessaire

30 septembre 95

BPR présente sa conception possible d’aménagement du parc nautique avant de faire les plans

3 novembre 95

Premiers plans produits par BPR avec estimations des coûts

26 novembre 95

Devant les impasses successives de tous les chemins devant mener à une sub­vention, Daniel St- Pierre, commissaire industriel et Jean-Pierre Dubé, maire de St-Jean-Port-Joli, font une conférence de presse qui dénonce le blocage du projet par certains fonction­naires du Gouvernement fédéral. Les articles qui s’en suivent dans les journaux régionaux font réagir un autre fonctionnaire fé­déral qui nous trouve un filon riche en argent. Les affaires vont bon train.

10 décembre 1995

Assemblée générale annuelle.

5 janvier 96

Un ministre fédéral approuve une subvention nous permettant de procéder à la construction de PN. Dès lors tout va se précipite.

27 janvier 96

PN participe à la réunion de l’Association des plaisanciers de l’Estuaire du St-Laurent

1er février 96

Rencontre entre le C.A. et BPR pour prendre les décisions finales sur les plans et devis finaux. Retenons: de nouvelles études sur l’agitation des vagues dans le bassin, avoir un plan pour les pontons, faire la descente jusqu’au niveau 0 des cartes.

18 février 96

Les appels d’offre pour la construction du PN paraissent dans les journaux et dans la revue Constructo

19 février

Michel Dubé produit un pro forma du budget d’opération de l’an 1 de PN

12 mars 96

Les soumissions sont ouvertes à Québec aux bureaux de BPR: 7 soumissions allant de 1 475 897 à 3 059 388

26 mars 96

Le C.A. sur recommandation de BPR refuse la soumission du plus bas soumis­sionnaire Construction ELS Maritime, parce que non conforme aux directives. Il accepte la soumission de BML qui se monte à 1 766 566

27 mars 96

Pêches et Océans réagit à notre projet de digue au bout du quai

29 avril 96

Pêches et Océans nous accorde l’autorisation de procéder, avec un tas de conditions, à la construction d’une digue à l’extrémité du quai fédéral.

11 mai 96

Parution dans la presse de l’avis relatif à la loi canadienne sur la protection des eaux navigables.

22 mai 96

Rencontre entre PN, BML et BPR pour s’entendre sur les dernières modifications aux plans de construction et aux échéanciers. Citons: élimination de la digue du bout du quai et de la végétation, diminution de la berme extérieures, change­ments dans les horaires des travaux, acceptation de la méthode de dragage et de son dépôt (partie sud du site où un remblayage est demandé). Aucun rejet de sédiment en eaux libres

11 juin 1996

Signature du contrat avec BML. Michel Dubé enclenche les démarches auprès de la Caisse populaire de St-Jean-Port-Joli pour obtenir la garantie bancaire demandée par l’entrepreneur.

19 juin

Pêches et Océans approuve l’aménagement du brise-lames, etc…
Le ministère de l’environnement et de la faune envoie le certificat d’autorisation relatif à la construction phase 1, étape 1.

25 juin 96

Ouverture du chantier de construction Nous engageons André Audette pour surveiller les travaux au nom de la corporation. La Fondation Fleury nous fait parvenir un don de 2 500$

27 juin 96

Après des demandes de plus en plus précises et quelques réunions tardives pour récolter tous les renseignements et documents exigés, le CRCD Chaudière-Appalaches accepte le nouveau montage financier et accepte de verser la contri­bution de 450 000

2 juillet 96

Signature du protocole d’entente avec le CRCD qui nous subventionne à travers le Fonds d’intervention régionales (FIR). Les clauses restrictives et la protection bureaucratique y sont un modèle du genre. Après une lutte de 3 mois nous sommes parvenus à avoir la moitié de la subvention immédiatement. Mais la suite est soumises à des exigences draconiennes à lire au point 3.1.2

9 juillet 96

CRCD Chaudière-Appalaches demande 5 documents supplémentaires avant de nous faire le premier versement!
Une campagne de financement débutera en juillet car nous estimons qu’il nous manque 62 000 $ pour payer les honoraires, salaires et intérêts relatifs à la construction.

Pierre Coenen écrit un article pour la revue Yachting Québec afin d’annoncer l’existence de la nouvelle marina. L’article ne paraît pas en septembre parce qu’il n’y avait pas de photo. Une photo sera envoyée. Un résumé déformé paraîtra en janvier …sans photo.
Le C.A. laisse encore 10 parts sociales à 1 200$ et prévoit que les 20 suivantes seront vendues à 1 500$

30 juillet 96

CRCD Chaudière-Appalaches fait le premier versement directement à la Caisse Populaire de SJPJ.

19 août 96

Nous appuyons la création de la corporation « Les amis du quai » qui se chargera de la sauvegarde du quai et luttera pour qu’on enroche pas le côté est du quai.

septembre 96

Nous contactons les marinas de la région pour connaître leurs règlements afin de nous en inspirer. La marina de Lévy, le Yacht club de Québec et Le Havre de Berthier répondront à notre appel en nous faisant parvenir des textes très complets. Nous obtiendrons aussi des renseignements très utiles de presque toutes les marinas des environs.

21 sept. 1996

Nous tenons notre première assemblée générale régulière (pas annuelle) avec visite du chantier et souper chez notre grand bailleur de fonds qui dirige la Roche à Veillon.Un comité pour la conception et la fabrication des pontons est formé de Jean-Louis Bérubé,Serge Caron, Alphonse Toussaint, Yves Dumas, Raymond Anctil, Jean Gagnon, Pierre Bérubé et Laurent Cloutier.

14 octobre 1996

Plusieurs personnes de Parc Nautique St-Jean Port-Joli participent à la croisière « bénéfice » sur le M.S. Jacques Cartier organisée par Les amis du quai. Plusieurs administrateurs de marinas environnantes participent aussi à la croisière.

25 octobre1996

Le C.A. décide de faire mettre de la pierre de plus petit calibre au dessus des pierres de carapace sur la digue du parc sud et de construire des blocs de béton pour tenir les pontons ouest près de la descente. Serge Caron remet l’échéancier de la conception- construction des pontons.

4 novembre 1996

Rousseau Métal Inc. nous fait parvenir un don de 500$.

6 novembre 1996

La Compagnie Irving nous confirme son intérêt de fournir une installation pétrolière conforme à notre site. Serge Caron présente un projet structuré et détaillé de capitainerie avec estimé (99 000$).

5 décembre 1996

La municipalité de St-Jean-Port-Joli accepte d’encaisser les dons faits à la municipalité pour Parc Nautique St-Jean Port-Joli.

21 décembre1996

Le secrétaire entame les démarches pour un permis d’installation radio VHF.

7 janvier 1997

Serge Caron présente les plans et les devis pour les pontons avec diverses alternatives. Le C.A. opte pour des pontons en acier galvanisé.

26 janvier 1997

Assemblée générale annuelle.

Adoption des règlements généraux qui régi­ront pour la première fois Parc Nautique St-Jean Port-Joli en tant que ma­rina et parc. Possibilité de faire un emprunt de 200 000$. Serge Caron laisse son siège d’administrateur après avoir été le responsable du chantier de construction de la digue, etc. La corporation compte 59 membres réguliers en règle.

2 février 1997

Yves Dumas devient administrateur nommé par les autres membres du C.A.

Le C.A. accepte que Les Ecumeurs des mers (croisières) et la Saumâtre (école de voile) fassent affaire sur les terrains de la marina. Les conditions sont fixées à la réunion suivante.

Le trésorier est autorisé à ouvrir une marge de crédit de 50 000$

février et mars 1997

Les pontons sont construits chez LG Cloutier par des soudeurs bénévoles qui travaillent deux fins de semaines durant 24 heures sur 24 en trois équipes. Ils seront ensuite galvanisés par section complète (voilà pourquoi il ne faut jamais forer un trou dans un ponton) dans une entreprise près de Québec qui fait aussi ce type de travail pour Hydro Québec. Les pontons ont une longueur de 24 pieds et une largeur de 6 pieds. Il y en a 42 en tout. Les doigts de dame ont des longueurs de 24 pieds et une largeur de 3 pieds.

Serge Caron se coupe un doigt, mais, après réflexion, le récupère et le fait recoller!

20 février 1997

Le C.A. adopte la solution d’un ponton ouvrant plat motorisé face à la descente de bateaux et celle d’une passerelle d’accès d’environ 60 pieds face à la capitainerie.

17 mars 1997

Yves Dumas fait des démarches fructueuses auprès de Matériaux Blanchet , Maibec, Moulibois, pour trouver du bois pour le pavage des pontons. Industrie Gauvin et Horisol ont fait des prix spéciaux pour traiter et couper le pavage.

L’association des plaisanciers de l’estuaire commence des démarches pour que les marinas s’assurent en groupe et pour faire une demande de dragage au nom de l’ensemble des marinas.

27 mars 1997

Les premiers pontons sont arrivés sur le site.

Avril 1997

Les blocs de béton sont fabriqués sur le terrain de Parc Nautique St-Jean Port-Joli sous la gouverne de Raymond Anctil.

Le C.A. décide du design de la capitainerie et de ses éléments constituants. Le design proposé par Gaston Chouinard est retenu. Gaston Chouinard est « engagé » pour suivre, diriger et contrôler toutes les étapes de la construction de la capitainerie.

La municipalité adopte un nouveau règlement de zonage pour éviter que de gros commerces de bateau ou un garage ne s’installe dans le quartier de la marina

21 avril 1997

Le deuxième versement (112 500$) de l’aide financière administrée par le CRCD arrive. Nous engageons du personnel pour installer les pontons avec les blocs de béton et les ancrages.

19 mai 1997

Une demande de certificat d’autorisation relative à la phase 2 de l’étape 1 de Parc Nautique St-Jean Port-Joli est rédigée en toute hâte car certains pontons sont déjà à l’eau.

6 juin 1997

La passerelle est installée. Elle a été construite avec du matériel de Bombardier sur un plan de Serge Caron dans les ateliers de LG Cloutier. Les opérations de la marina peuvent commencer mais l’électricité, l’eau, les installations sanitaires sont à faire. Le lendemain, à 11heures, 4 bateaux à moteurs arrivent de Montmagny. Leurs occupants ont passé la journée à St-Jean, ont magasiné dans les boutique d’artisanat, ont dîné au restaurant, et sont repartis le soir sans payer, car à Parc Nautique St-Jean Port-Joli on accueille gratuitement les visiteurs qui ne passent que la journée.

Le premier bateau visiteur ayant passé la nuit à la marina est arrivé le

Quelques caractéristiques de la marina: profondeur minimum à marée basse: dans le chenal d’entrée de la marina: 3.3 pieds ou 1 mètre; dans la marina: 3 mètres. Nombre de places disponibles à quai : 51. Nombre de places disponibles au quai des visiteurs: 18. Une partie n’est pas draguée, cette partie non draguée est balisée par des bouées non lumineuses vertes qui coulissent avec la marée sur des balises bâbords non lumineuses. Il suffit de faire route en tenant compte du balisage.

15 juin 1997

Richard Bernier est choisi pour construire la structure de la capitainerie et les installations minimales: un bureau et une salle de toilette.

En attendant la construction de la capitainerie, Gisèle, propriétaire du restaurant du coin, accepte que les visiteurs utilisent ses installations sanitaires. Le Camping St-Jean mettra ses douches à la dispositions des plaisanciers.

19 juin 1997

Le pont tournant mu par une hélice dans l’eau actionnée par un moteur électrique est installé.

Fin juin 1997

Alors qu’avant nous devions défendre notre projet pour lui donner un sens, à partir de cette date tout le monde nous disait que nous avions bien fait et voulait être de la partie. Des personnes et des commerces qui ne nous avons jamais approché sont venus nous dire: « pourquoi ne nous avons vous jamais rien demandé ». Nous n’avons eu aucune difficulté à vendre nos petits panneaux publicitaires et certains restaurants sont venus nous voir pour en avoir un.

1er juillet 1997

Parc Nautique St-Jean Port-Joli engage Patricia Bernier 20 heures par semaine afin de seconder le capitaine de port.

2 juillet 1997

Les installations pétrolières ne seront pas pour cette année. La compagnie SM Construction a fait des plans inacceptables.

Par contre nous trouvons une entreprise qui nous fait les fenêtres à un prix très bas.

21 juillet 1997

La municipalité a installé à ses frais les égout sanitaire et pluvial ainsi que l’aqueduc: une contribution qu’elle estime à 8 100$. Un égout pluvial se trouve près de la rue au sud du terrain de la marina, il débouche dans le bassin de la marina, au sud. Si l’eau du bassin rougit dans ce coin, c’est que l’égout déverse son eau dans le bassin.

2 août 1997

Le capitaine de port, Pierre Coenen, quitte la capitainerie provisoire (son voilier MINOK) pour le bureau de la capitainerie. Le matériel de bureau a été fourni par Bombardier.

5 août 1997

Les travaux d’installation de l’électricité par Hydro Québec sont arrêtés par les protestations de la propriétaire du restaurant qui exige qu’ils soient enfouis. Une longue saga s’en suivra mais un partage des frais permettra à chacun d’y trouver son compte.

Septembre 1997

Nous avons eu jusqu’à la fête du travail 600 visiteurs jours ou 600 nuitées. C’est plus que la marina de St-Michel de Bellechasse et mieux que le Yacht Club de Québec.

Nous avons accueilli des bateaux de toutes tailles dont deux yachts, l’un de 60 pieds et l’autre de 62. Ce dernier a fait pour nous un test de solidité de nos installations car pendant qu’il était là nous avons encaissé le plus violent orage de l’été: le vent est monté à 45 nds, c’est un vent de tempête, et tout a tenu.

Le Jacques Cartier a trouvé le moyen de s’accoster au quai à l’intérieur de la marina.

François Gagnon, Serge Caron, Pier Lepage et Conrad Toussaint sont invités à former le comité de dragage.

14 décembre 1997

Assemblée générale annuelle

La première saison de fonctionnement de la marina a été une réussite même si les installations étaient loin d’être complétées. Nous avons aussi reçu beaucoup d’aide financière de la part d’institutions diverses. Le projet est bien perçu dans le milieu qui a bien contribué à sa réalisation.

Février 1998

Le Conseil d’administration décide d’aménager l’étage en bar.

Avril 1998

Johanne de Kinder est venue nous exposer et faire approuver ses choix de couleurs et de décoration de la capitainerie. Elle fera le travail bénévolement

Mai 1998

Le bar-terasse est ouvert et Parc nautique débute sa deuxième saison avec une capitainerie complètement aménagée. La céramique dans les salles de bain a été installée par Yves Dumas.

On commence à penser à aménager le terrain autour de la marina. Les discussions vont bon train avec Gilbert Normand pour la construction de la digue au bout du quai, la réfection du quai avec des palplanches (Poutrelles qui s’emboîtent bord à bord avec d’autres pour former une cloison étanche utilisée en terrain aurifère ou immergé) sur son côté est et un enrochement sur son côté ouest.

Nous obtenons notre certificat d’autorisation relatif au “ projet expérimental d’enlèvement des sédiments accumulés dans la marina par pompage régulier avec rejet en eau libre”.

Juin 1998

Gaston Chouinard propose que le bar ait pour nom : «“La Trinquette”. Patricia Bernier, Elise Desgreniers et Olivier Rossignol sont engagés comme préposés à l’accueil. Noé Lepage, Stéphanie Caron et Marie-Eve Fortin sont engagés pour le bar.

Démission de Pierre Coenen du poste de secrétaire du conseil d’administration et de responsable de la capitainerie. Louise Fortin devient secrétaire du conseil d’administration. Pier Le page et Yves Dumas deviennent responsables de la capitainerie.

Juillet 1998

31 juillet

Première course de voiliers. Raymond Lamontagne en est l’organisateur.

Inauguration officielle de la marina de Parc nautique avec invitations aux députés, maires, présidents d’associations et membres qui ont collaboré à la réalisation de ce projet impossible.

Janvier 1999

Les ingénieurs de BPR avaient prévu que les sédiments dragués seraient rejetés en eau libre. Une étude compensatoire sur l’esturgeon noir avait été exigée par le ministère de l’environnement. Comme nous n’avons pas fait de rejet en eau libre nous avons négocié avec l’Environnement de remplacer l’étude sur l’esturgeon par une étude sur le pompage des sédiments avec rejet en eau libre. Le ministère a accepté cette suggestion et Yves Richard a été engagé pour faire l’étude qui conduira au permis de dragage pour dix ans.

Juillet 1999

Aménagement floral et installation d’une ancre à l’entrée du terrain.

Installation d’un poteau de démâtage.

Distribution de 2500 dépliants publicitaires.

20 août 1999

L’ouverture de la fête des Chants de marins se fait au bar de la capitainerie.

17 septembre 1999

L’ouragan Floyd est venu nous visiter en passant.

« « Prévisions émises par Environnement Canada à 3h30 le vendredi 17 septembre. Avertissement de vent de tempête en vigueur. Vents du nord-est de 30 à 40 nœuds augmentant à 40 à 50 en mi- journée » »

La marina est transformée en toile d’araignée parce que les doigts de dame et les pontons risquent de se désolidariser les uns des autres. Certains doigts de dame déchireront les poutres d’acier des pontons sur lesquels ils étaient soudés.

Octobre 1999

L’étude d’Yves Richard sur le dragage par pompage est imprimée en 30 exemplaires.

Des cours de navigation sont donnés par le ECP à la capitainerie durant l’automne et l’hiver.

23 janvier 2000

Assemblée générale annuelle.

21 juin 2000

Gilbert Normand, député fédéral dans le Comté de Bellechasse-Etchemins-Montmagny-L’islet a annoncé aujourd’hui, au nom de l’honorable Herb Dhaliwal, ministre des Pêches et Océans, que le gouvernement fédéral investira 4.3 millions de dollars dans la consolidation et le réaménagement du quai fédéral de Saint-Jean-Port-Joli. Les travaux comporteront dans les faits, la réfection complète du quai en palplanches côté extérieur et intérieur, une digue en enrochement à la tête du quai et un léger prolongement du brise-lames de la marina.

3 décembre 2000

Assemblée générale annuelle.

Pier Lepage rappelle mentionne le travail accompli par tous les intervenants concernant la construction de la nouvelle digue, le musoir de la digue côté ouest, les interventions auprès du ministère de l’Environnement afin d’obtenir l’autorisation d’utiliser une pompe pour éliminer la vase.

L’assemblée décide que le droit d’adhésion, à partir du 3 décembre 2000, sera de 1100$ et non remboursable. Les droits d’entrée payés avant cette date restent remboursables aux conditions traditionnellement prévues aux règlements.

La Commission touristique n’enverra plus de représentant au conseil d’administration parce qu’elle estime que Parc nautique et bien lancé et que sa mission est terminée.

Les régates des Piliers débuteront en 2001.

Mars 2000

Le ministère de l’environnement nous fait parvenir un questionnaire de 47 questions sur l’étude d’Yves Richard relative au permis de dragage.

Quaiage : 1,00$ pour les bateaux de moins de 32 pieds, 1,10$ pour les autres. Quatrième nuit gratuite. 0,85$ pour les visiteurs qui s’annoncent en groupe.

Janvier 2001

Le contrat de réfection du quai a été alloué pour 2,9 millions, alors que 4.3 millions avaient été prévus par Pêches et Océans. On espère un dragage de la partie non draguée, mais ce sera peine perdue, Pêche et Océans restera intraitable à ce propos.

Février 2001

Nous demandons un permis de Club pour le bar, ce type de permis contient un permis de bar et de restaurant, pas de problème avec les enfants, mais le bar est réservé aux membres et à leurs invités.

Mai 2001

La mise à l’eau des pontons se fait le 12

Le constructeur paiera 10 000$ de droit de passage sur la digue pour transporter la roche du musoir.

La conférence de presse des Chants de marin se tient à la capitainerie. Parc nautique achète le vin à la Régie et l’organisation des Chants de marin nous le rembourse.

Michel Dubé est engagé comme directeur général chargé de gérer et de faire fonctionner la capitainerie, le bar et la pompe.

Michel Dubé suggère de mettre les pontons de Trois Saumons au bout du quai fédéral pour les bateaux qui veulent sortir en profitant au plus tôt de la marée montante.

Le Ministère de l’Environnement nous fait parvenir le Rapport d’analyse environnementale intitulé : “Programme décennal de dévasement du Parc nautique de Saint-Jean-Port-Joli – Dossier 3211-02- 176 – Mai 201” Il contient toutes les directives et conditions pour le dragage jusqu’en 2010 compris.

6 août 2001

La municipalité a résolu d’accepter l’échange de terrain permettant à Parc nautique d’être propriétaire de ses (futurs) réservoirs d’essence et la municipalité propriétaire du stationnement.

31 août 2001

Le bar a augmenté ses revenus de 31 000 à 39 000$ entre août 2000 et août 2001, une amélioration notable. Les revenus totaux sont passés de 68 000 à 75 000 et le bénéfice net de 10 000 à 16 000 (avec le 10 000 du droit de passage).

13 juin 2001

Telle est la date du premier certificat d’autorisation reçu dans le cadre du programme décennal de dragage d’entretien. Mais il a été envoyé le 22 juin.

27 octobre 2001

Sortie des pontons

3 octobre 2001

Michel Dubé a invité les membres du conseil d’administration à une démonstration du mauvais fonctionnement de la pompe dans la vase quelque peu compactée : plongée dans la vase elle évacue celle-ci en utilisant l’eau en surface, mais finit par se frayer un chemin vers l’eau libre et ne fait plus qu’évacuer celle-ci . . . sans vase.

Décembre 2001

Nous recevons un compte (produit par la MRC) de 20 000$ pour les taxes scolaires et municipales de l’année en cours et celles de l’année 2000. Panique générale. Mais la municipalité nous fera un don équivalent à son compte de taxes moins l’eau, les matières résiduelles et les égouts. Les taxes scolaires sont à assumer totalement. Le comité de la pompe trouvera une solution à ce probléme en mettant la pompe au dessus d’une “Cloche” de 4 pieds de haut et 6 pieds de large qui descendra par dépression à mesure que la vase est pompée sous la cloche.

13 janvier 2002

Assemblée générale annuelle

Michel Dubé fait la présentation des membres du Conseil d’administration et de leur implication dans les réalisation de Parc Nautique St-Jean Port-Joli durant l’année écoulée: Claudel Bélanger a organisé et réalisé, avec de larges comités de soutien, le première calendrier de régates de Parc nautique durant l’été 2001, Lorraine Lavoie a relevé le défi de rentabiliser le bar de manière significative, Simon Deschènes a mis tout son poids pour que de la palplanche soit installée sur le quai rénové et il a réussi au delà de nos espérances puisque le quai sera totalement rénové en palplanches, François Gagnon avait la tâche impossible de garder des relations harmonieuses avec Pêches et Océans Canada, Division des ports pour petits bateaux à Québec tout en soutenant les intérêts de Parc Nautique auprès de la municipalité qui deviendra la propriétaire du quai rénové, Pierre Coenen s’est astreint à faire les diverses tâches de secrétariat et Michel Dubé a assumé, par de nombreuses heures de travail et de bénévolat, la gestion journalière de la marina et du bar avec les surprises et les avatars d’une telle responsabilité. Michel Dubé rappelle aussi que nous avons reçu, en 2001, le permis de dragage d’entretien pour 10 ans. Il présente enfin les principaux problèmes qui ont retenu l’attention en 2001 et devraient trouver une issue heureuse en 2002: l’envasement de la marina, le dragage de l’entrée et de la partie non draguée, le fonctionnement de la pompe dans la vase compactée.

16 sept- 2002

Mission accomplie, Mme Lorraine Lavoie démissionne du Conseil d’administration. Elle est vivement remerciée pour les services rendus et les bons conseils prodiguées pour mettre le bar sur le chemin de la rentabilité.

Pierre Coenen est chargé des relations avec le Ministère de l’Environnement concernant les demandes annuelles de certificat d’autorisation de dragage.

26 janvier 2003

Assemblée générale annuelle

François Gagnon remercie tous les membres pour leur bénévolat. Il remarque que l’achalandage des visiteurs a été très bon et qu’il est du aux progrès réalisés dans le dragage. Si en 2001 il n’y a pas eu de nouveau membres, en 2002 on en compte cinq. Il y en a aussi eu deux depuis la nouvelle année financière qui commence en octobre. La fréquentation du bar s’est nettement améliorée avec une clientèle nouvelle. Parc nautique a donc vécu dans une dynamique très positive durant tout l’été. Les activités se sont aussi développées avec un programme de régates bien rempli et les débuts de l’école de voile. Mais l’année a surtout été marquée par la mise sous cloche de la pompe, ce qui a permis de draguer la vase compactée et de prendre le dessus sur l’envasement qui progressait d’année en année. En 2003 de nouvelles améliorations devraient voir le jour ayant pour but principal d’accélérer la vitesse de fonctionnement de la pompe.

Mai 2003

Nancy Gauvin sera responsable du bar jusqu’en juillet. Catherine Marier la remplace pour la suite de la saison. Les autres personnes choisies lors des entrevues sont Myra Gagnon, Cyntia Legros. Milène Boiteau sera engagée plus tard.

La pompe nous lâche. Nous en achetons une neuve.

Juin 2003

Installation, avec approbation de la municipalité, de l’alignement d’entrée de la marina sur les palplanches nord du quai et sur un poteau d’éclairage du quai.

15 août 2003

Michel Dubé, qui agissait comme gérant de la marina depuis mai 2001 nous quitte pour une autre fonction. Claudel Bélanger, dans les faits, assurera la gestion du fonctionnement de la pompe jusqu’en février 2005.

Septembre 2003

Les quaiages des visiteurs et le bar sont en très forte augmentation. Les visiteurs comptent 900 nuitées alors que les années antérieures tournaient autour de 5 à 600.

Octobre 2003

Serge Caron, de St-Roch-des-Aulnaies, se charge de préparer et déposer au nom de Parc Nautique St- Jean Port-Joli, une demande de subvention au Fonds de diversification économique de la région de Chaudière-Appalaches auprès du Conseil régional et de développement de Chaudière-Appalaches. Il fera subir aux membres du comité de la pompe des séances ardues d’identification des problèmes de la pompte et des solutions à y apporter. Il confiera la rédaction finale du rapport contenant la situation de l’envasement dans les autres marinas à Pierre Coenen.

14 décembre 2003

Assemblée générale annuelle

L’année se termine par un bénéfice de 2821$ alors que l’année précédente présentait une perte de plus de 3000$; le quaiage des membres a augmenté de 50% passant de ± 10 500$ à ±15 500$, celui des visiteurs a augmenté de 6 000$. Plus il y a d’eau plus il y a de monde pour mettre leur bateau à l’eau et pour nous visiter. Le bar a augmenté son chiffre d’affaire de 9 000$. Le coup dur de l’année fut le bris de la pompe qui a laissé un trou de presque 13 000$.

Beaucoup d’énergies, de temps, de souffrances, de conciliabules, de discussions, de tiraillements ont été provoqués par les mises au point, les essais, les améliorations et les ratés de la pompe… qui a malgré tout bien fait son ouvrage pour la saison estivale. . . avec les conséquences positives que l’on sait. Les prochaines améliorations devraient être monnayées: Serge Caron a préparé une demande de subvention très documentée.

Le comité des régates a fait un excellent travail: la participation a été bonne et le public a été nombreux. La couverture médiatique est exemplaire et les commanditaires sont importants. Claudel Bélanger a fait un travail merveilleux.

Mars 2004

Parc Nautique St-Jean Port-Joli accepte l’offre de subvention de 15 000$ du Fond d’économie sociale du CLD de la MRC de L’Islet.

Les échantillons de vase prélevés en octobre ayant montré des seuils d’effets néfastes supérieurs aux critères du Ministère de l’environnement, de nouveaux échantillons et de nouvelles analyses ont été nécessaires.

Mai 2004

Hugues Chouinard est engagé comme géran

L’école de voile Les Istorlets aura des petits bateaux et des kayaks à louer. Les préposés à l’accueil consacreront 4 heures par semaine à cette location et à divers travaux s’y rapportant.

Juin 2004

Isabelle Bourgault occupe le poste de Directrice générale de Parc Nautique St-Jean Port-Joli. Elle est donc chargée de la gestion de la marina et du bar en assumant aussi le fonctionnement quotidien de l’un et de l’autre.

Le côté ouest du stationnement, là ou il longe la descente de bateau, est entouré d’une rambarde faite d’un câblot d’ancre soutenu par des poteaux d’acier surmonté d’une lumière. Initiative d’André Hudon.

Octobre 2004

Le nombre de visiteurs s’élève à ce jour à 762, il était de 916 à la même date l’an passé. . . mais, comme les bateaux ont été plus longs, les revenus ne devraient être que de 2000$ de moins. Pour augmenter notre clientèle, il faudrait avoir un service d’essence. Les ventes du bar ont aussi diminué, à cause d’un début de saison mal planifié, du mauvais temps du mois de juin, et parce que les prix sont trop bas. Isabelle Bourgault présentera un projet de gestion du bar et de la marina pour la saison 2005.

La sortie des pontons se fera le samedi 23 octobre 2004 à 9h00

12 décembre 2004

Assemblée générale annuelle

L’année 2004 a été marquée par de gros investissements sur la pompe. Le dragage, même s’il a débuté tard, a été très efficace. Il y a maintenant trois pieds d’eau à marée zéro. Heureusement, des subventions ont aidé au paiement des dépenses. Serge Caron, Claudel Bélanger et André Hudon ont travaillé pour ces subventions.

L’achalandage a été moindre, mais il semble que ce soit pire dans les autres marinas.

Nouveau règlement : « Tarifs de dragage. Pour tous les membres réguliers ayant un bateau à l’eau pour la saison de navigation, le tarif de dragage est fixé à cent dollars. Cependant, le Conseil d’administration de la corporation pourra donner un crédit pour son bénévolat à tout membre ayant payé le dragage au moins une fois. »

Février 2005

Les grands travaux d’améliorations du bar sont en route. Ils comportent notamment un nouveau plafond pour atténuer les hautes fréquences,

Juin 2005

Isabelle Bourgault occupe toujours le poste de Directrice générale de Parc nautique.

De nouvelles bouées sont placées à l’entrée de la marina. Plus grosses, plus hautes, plus lumineuses.

La pompe est en réparation. Le moteur est à refaire. Il faut changer le tuyau. Le dragage sera ainsi retardé d’une semaine à 10 jours et nous devrons débourser 1000$. Petite leçon pour l’avenir : il faut faire un entretien préventif du moteur chaque année.

Il faudra faire un règlement pour encadrer les gros travaux faits par les membres sur leur bateau. Il faudra aussi demander la permission au gérant de la marina .

On demandera aussi aux membres qui font des travaux de protéger le sol en étendant un grand plastique afin d’empêcher que les pluies drainent les résidus de sablages, de ponçage et de peinture dans le bassin de la marina. Une lettre sera envoyée aux membres à cet effet.

Un pavement en blocs de béton entoure la capitainerie.

Août 2005

Patricia Bernier donne un résumé des états financiers à la fin juillet. Le bar a augmenté son chiffre d’affaire de ± 50%, passant de ± 30 000$ à 50 000$. Les profits du bar en 2005 se montent à 11 000$ alors qu’ils étaient de 76$ un an plus tôt. Les quaiages ont rapporté plus d’argent malgré un plus petit nombre de visiteurs parce que les bateaux sont plus grands,

Certains prospectus touristiques sur St-Jean-Port-Joli indiquent une toilette publique dans la capitainerie. La gestion et le ménage de cette toilette a été parfois très problématique durant la saison. Isabelle Bourgault écrira à la Municipalité de St-Jean-Port-Joli pour leur demander de financer un réaménagement complet de cette toilette et une participation à son entretien durant la saison estivale.

Les non membres ne pourront laisser leur bateau sur le terrain de la marina que durant deux saisons (une hivernale, une estivale) consécutives.

Octobre 2005

La sortie des pontons se fait le 15 octobre

Les échantillons de vase ont été prélevés en trois exemplaires, un qui va chez Bodycotte, un qui va au Ministère de l’Environnement pour un contrôle de qualité et un qui sert de réserve en cas de problème semblable à celui de l’an passé. Conséquence directe des problèmes découverts dans les échantillons de l’an passé.

Décembre 2005

Isabelle Bourgault fait le bilan de la saison estivale: l’achalandage des visiteurs a été très bon puisque nous avons presque atteint le chiffre de l’année record. Il y a eu autour de 160 nuitées de plus que l’année précédente. Le bar a fait un chiffre d’affaire en forte hausse. Les rénovations dans le bar ont eu un effet certain.

Assemblée générale annuelle le 11

D’après le rapport sur les états financiers fait par Richard Dubreuil : le chiffre d’affaire de la marina est de 143 000$, en hausse de 20 000$ par rapport à l’année précédente, principalement du à un augmentation de 20 000$ dans les ventes du bar; les charges ont augmenté de 24 000$ principalement à cause des augmentations des salaires, l’année se termine par un bénéfice de 8 000$, en baisse de 4 000$ sur l’année antérieure, les quaiages des membres ont baissé , ceux des visiteurs augmenté (127 nuitées de plus que l’année précédente) . La dette à long terme a augmenté de 15 000$ à cause des transformations importantes faites au bar.

André Hudon, président, fait aussi remarquer que : « Les visiteurs et les membres ont bien apprécié d’avoir toujours de l’eau sous leur bateau même s’il y a une effort à faire pour améliorer la profondeur d’eau dans l’entrée. Les rénovations du bar ont eu un impact très positif sur le chiffre d’affaire et sur sa « réputation ». »

L’assemblée adopte deux nouveaux règlements :

8.6 Tout membre qui effectue des travaux pouvant affecter l’environnement matériel ou visuel de la marina doit obtenir la permission du directeur de la marina. Si les travaux peuvent avoir un impact environnemental, le membre devra prendre les mesures adéquates pour éviter de contaminer le terrain de la Corporation, et, s’il le contamine, Parc nautique procèdera à la décontamination aux frais du membre.

8.7 Remisage du bateau sur le terrain de la corporation

Seuls les membres ont le droit de laisser un bateau sur les terrains de la corporation. Ce droit est cependant limité à trois saisons consécutives (deux d’hiver, une d’été). À la quatrième saison, le tarif de quaiage s’appliquera que le bateau soit à l’eau ou non.

Mai 2006

Les pontons sont mis à l’eau le 6 mai

Janvier 2006

La marina accordera des tarifs spéciaux pour les participants aux régates qui viennent de l’extérieur: les deux nuits entourant la course seront gratuites et des réductions seront accordées aux inscrits qui prolongent leur séjour.

Les yoles qui viennent accoster durant les fêtes des Chants de marins auront des places gratuites à quai mais Parc Nautique ne s’engage pas à fournir ni à trouver un logement pour les « rameurs ».

Assurance responsabilité des membres et de la marina. Un membre a brisé son bateau en étant poussé par le vent sur une ferrure d’un ponton en sortant de la marina. Son assurance a payé les dégâts puis s’est retournée contre Parc nautique. Notre assurance a fait savoir à l’assurance du membre que tout bateau en mouvement dans la marina est responsable de ses manœuvres . Par conséquent, un bateau en mouvement qui brise quelque chose en effleurant ou en cognant un équipement de la marina est responsable de ses bris.

Le nouveau prospectus publicitaire en 4 couleurs sur papier glacé est imprimé. Sa distribution a été plutôt “confidentielle” cette année.

Févier 2006

Isabelle Bourgault n’assumera plus la charge de Directrice générale. Son travail sera réparti entre Héloïse Lemay qui assumera la gérance du bar, André Hudon qui agira comme maître de port et gérant de la capitainerie, Patricia Bernier qui assurera la formation du personnel à l’accueil, Jean-Daniel Bourgault qui gérera la mise à l’eau et la sortie des pontons. André Hudon fera aussi appel à plusieurs personnes en rotation pour gérer les urgences et épauler les employés dans leur travail quotidien.

Avril 2006

Jean-Daniel Bourgault s’occupera du dragage et la pompe sera mise à l’eau durant la fin de semaine du 14 avril. Elle devrait être en fonctionnement une semaine après.

La corvée de mise à l’eau des pontons est retardée pour faciliter le pompage gêné par les chaînes qui retiennent les pontons.

Mai 2006

Mise à l’eau des pontons le 6 mai 2006.

Juin 2006

Un pavement de bois est installé au côté nord de la capitainerie

Juillet 2006

Jean-Daniel Bourgault partira fin juillet. Comme il semble difficile de trouver quelqu’un qui fera l’installation du matériel sur les pontons, on propose de faire deux corvées : une pour la mise à l’eau et une pour l’installation du matériel (eau, électricité . . .)

Isabelle Bourgault a aussi démissionné. On décide d’engager quelqu’un qui est extérieur à Parc nautique.

La toilette extérieure est brisée et la Municipalité ne veut pas assurer le service d’entretien journalier.

Octobre 2006

La sortie des pontons a eu lieu le 14 octobre. Il n’y a pas de convocation, les membres sont contactés par téléphone par le secrétaire. La participation est toujours bonne.

Novembre 2006

Les membres du conseil d’administration découvrent que Pierre Coenen, depuis qu’il est redevenu secrétaire en décembre 2000, conserve les documents “précieux” à son domicile tout en laissant une copie à la marina Ces documents sont : l’original de la charte (plusieurs copies sont dans le classeur), les décrets concernant le programme décennal de dragage et les certificats d’autorisation de chaque année. Certains membres du conseil d’administration croient qu’il devraient être dans un coffre dans la marina, mais une décision finale n’a pu être prise devant la résistance de l’intéressé.

10 décembre 2006

Assemblée générale annuelle

les quaiages des membres et des visiteurs ont augmenté, les ventes du bar ont baissé, les réparations aux installations ont été beaucoup plus coûteuses, les spectacles ont été plus chers, les comptes à recevoir des membres ont été plus importants ainsi que l’inventaire du bar immobilisé pour l’hiver, une marge de crédit supplémentaire de 12 000$ a été utilisée de sorte que, malgré un profit apparent de ± 2 500$, l’endettement a augmenté réellement de 7 000$

Le président estime que Parc nautique ne peut fonctionner sans un gérant du bar et de la capitainerie.

Un amendement est décidé concernant la composition du conseil d’administration (point 4.3 des règlements) : désormais il suffira que quatre de ses membres soient des membres réguliers, il ne sera plus nécessaire qu’ils soient des membres réguliers actifs.

Un nouvel article des règlements concerne le remisage des bateaux sur le terrain de la corporation :
“Seuls les membres réguliers ont le droit de laisser un bateau sur les terrains de la corporation. Ce droit est cependant limité à trois saisons consécutives (deux d’hiver, une d’été). À la quatrième saison, le tarif de quaiage s’appliquera que le bateau soit à l’eau ou non.

Les membres saisonniers ne pourront laisser leur bateau sur le terrain de la marina que durant deux saisons (une hivernale, une estivale) consécutives. Après ce délai, le directeur de la marina pourra exiger qu’il soit sorti du terrain de la corporation ou transporté ailleurs sur le terrain moyennant un tarif spécial.”

De avril 1983 à décembre